Formation en pédagogie inclusive
pour les ENSEIGNANTS-ressource novices

Module 6 L’enseignant-ressource pour appuyer la diversité en français et en littératie

Section 3 -  Composante lecture - suite

Composante lecture

3.2 L’enseignement de la lecture

L’efficacité de l’enseignement explicite des stratégies en lecture repose en grande partie sur deux composantes essentielles : l’étayage et la métacognition.

L’étayage est un processus par lequel l’élève développe progressivement son autonomie grâce au soutien temporaire et évolutif que lui offre l’enseignant dans l’utilisation d’une stratégie. Les étapes de l’enseignement explicite assurent cette responsabilisation graduelle en permettant à l’enseignant d’ajuster le soutien offert selon le degré d’autonomie croissante de l’élève.

Le graphique représente le modèle de responsabilisation graduelle. Dépendance : l’enseignant modélise la stratégie, les élèves observent les gestes posés pour appliquer la stratégie. Étayage : l’enseignant et les élèves pratiquent la stratégie ensemble. L’enseignant offre un soutien temporaire selon les besoins des élèves. Autonomie : Les élèves utilisent la stratégie de façon autonome. Il transfert sa stratégie dans un autre contexte d’apprentissage.

Ébauche Juin 2015 : Version finale à venir

La métacognition est la connaissance que chacun possède de son fonctionnement cognitif, c’est-à-dire de sa façon d’apprendre, et de ses actions pour gérer ce fonctionnement; elle consiste à penser à ses propres processus de réflexion avant, pendant et après l’apprentissage. Tout au long de l’enseignement explicite, l’enseignant favorise cette réflexion en exploitant à bon escient l’objectivation. Ainsi, il questionne les élèves et les amène à s’autoquestionner sur leur habileté à utiliser la stratégie, sur les succès rencontrés, sur les pistes à suivre pour surmonter les défis et sur les transferts possibles de la stratégie dans d’autres contextes.

Voici les quatre situations de lecture soit : la lecture aux élèves, la lecture partagée, la lecture guidée et la lecture autonome. Ces situations sont fondées sur la transparence des stratégies cognitives et métacognitives.

Lecture aux élèves

L’enseignant lit un texte à haute voix, à toute la classe, à un petit groupe ou à un élève. Le but est de donner le gout de la lecture, d’offrir aux élèves un modèle de lecteur compétent et de modéliser les stratégies de lecture.

Lecture partagée

L’enseignant exploite avec les élèves un texte que tous peuvent voir (p. ex. grand livre, texte projeté sur écran, affiche). Le but est l’enseignement explicite des stratégies de lecture.

Lecture guidée

L’enseignant exploite un texte avec un petit groupe d’élèves regroupés selon les besoins en lecture. Le but est de mettre en pratique et de consolider les stratégies de lecture.

Lecture autonome

L’élève lit seul ou avec un partenaire. Le but est de lire pour le plaisir et de consolider les stratégies de lecture. Il faut prendre en considération le degré d'autonomie de l’élève.

Adapté du Guide d’enseignement efficace de la lecture de la maternelle à la 3e année, Ontario (en ligne, à l’adresse atelier.on.ca).

Les stratégies de lecture doivent être enseignées aux élèves de façon explicite, tant au secondaire qu’au primaire. Au-delà de l’enseignement des stratégies de lecture qui développent les mécanismes, il faut également enseigner les stratégies axées sur la compréhension (voir Continuum de la lecture).

Clin d'oeil au secondaire

Pour les élèves du secondaire, éprouvant de grandes difficultés en lecture, le continuum peut s’avérer un outil permettant de guider les interventions pédagogiques à offrir, et ce dans toutes les matières.

Éduc@Trousse

3.3 L’évaluation de la lecture

L’évaluation est une composante essentielle du processus enseignement-apprentissage de la lecture. Quotidiennement, l’enseignant observe les comportements en lecture de ses élèves afin de suivre leurs progrès, d’orienter ses interventions pédagogiques, de dépister les forces et les défis des élèves et de prévoir le soutien dont ils ont besoin.

Voici deux outils d’évaluation qui soutiennent le processus enseignement-apprentissage de la lecture :

3.3.1 Continuum de la lecture pour le primaire

Ce continuum présente, de façon graduée, les habiletés en lecture. Le développement de ces habiletés n’est ni fixe, ni linéaire dans le temps (séquentiel). Le rythme de progression varie d’un élève à l’autre.


TRANSCRIPTION

Introduction

Le continuum de la lecture au primaire reflète les comportements observables d’un lecteur émergent jusqu’au lecteur autonome.

Attitudes

« La motivation se définie comme l’engagement, la participation et la persistance de l’élève face à une tâche en lecture. » Adapté de Tardif et Chabot, 2000.

Conscience phonologique à l’oral

« La conscience phonologique est l’aptitude à discerner les syllabes puis les phonèmes d’un mot plutôt que sa seule signification. » Trehearne, 2006.


C’est jouer avec les mots et les sons de la langue. Les activités se font toujours à l’oral – aucune présence de l’écrit. Un appui visuel est recommandé.

Concepts de l’écrit

Les concepts de l’écrit sont un ensemble de connaissances, d’habiletés et d’attitudes que démontre l’élève avant et pendant son apprentissage de la lecture. Adapté de MEO, 2003.

Mécanismes

C’est l’exploitation des mots écrits : Par exemple, les mots fréquents, les mots familiers, les lettres, la relation lettres-sons, les sons complexe (ouille, eau, au, en, an), les cinq entrées de lecture, la fluidité, les préfixes/suffixes, les référents, etc.

Compréhension

« La compréhension en lecture est un processus complexe qui conduit le lecteur à se faire une représentation mentale du texte. Pour y arriver, le lecteur doit identifier les mots aisément, comprendre le vocabulaire employé dans le texte, faire des inférences et lier les idées du texte à ses connaissances et expériences personnelles. » Giasson, 2011.

3.3.2 Analyse des méprises

L’analyse des méprises évalue la lecture des élèves. Elle permet de :

  • déterminer leur niveau de lecture instructif ou autonome ;
  • cerner leurs connaissances, leurs habiletés et les stratégies utilisées ;
  • évaluer leur aisance en lecture à haute voix ;
  • déterminer leur niveau de compréhension du texte.

L’analyse de ces informations permet aux enseignants de mieux cerner leurs interventions auprès des élèves. Le partage de ces informations entre l’enseignant titulaire et le personnel des services d’appui aux élèves est recommandé afin de soutenir les progrès des élèves.

Éduc@Trousse